Saison 5 semaine 5 : PAILLAGE, BANCHAGE, MORTIÉSAGE ET SÉCHAGE...

Cette nouvelle semaine commence encore à 3... Comment finira-t-elle ?
Lundi 23 aout 2010


Nous sommes trois à avoir du mal à quitter la table du traditionnel café matinal sur le chantier.
L'un d'entre nous évoque quelques épisodes de ce fameux samedi dernier (24 bras) puis invoque alors la fameuse "Légende du Surlendemain" pour justifier notre mollesse cérébrale et musculaire du jour.
L'autre allègue du ciel lourd, du vol bas des moineaux, de l'absence de mouche ainsi que d'un vieux reliquat de brandade de morue dans nos métabolismes basaux.
Quand au troisième, il préfère se taire.

Il n'empêche, cela a bien avancé:

- Nettoyage de la paille sur tout le chantier



-Consolidation du bâchage par des tasseaux (heureusement, parce que cela a soufflé aujourd'hui et les agrafes posées hier ont sauté à 80%):



On voit là comment la bâche est gonflée:



Puis je suis allé faire des courses, pendant ce temps cloutage des montants sur le mur ouest, test des banchages, et création de petits "outils" pour faciliter le coulage du mortier. Ce coulage c'est pour demain.

Et enfin pose de quelques longueurs de bande adhésive de protection (pluie) sur les jointures du toit (Ampacoll XT 60):




Mardi 24 aout 2010
Aujourd'hui quatre sur le chantier. Denis est venu nous prêter main  forte dans l'après midi. C'était super !

Le matin nous avons mis en place le chantier. Cloutage des montants (avec le cloueur, c'est un plaisir...). Pose des plaques d'aglo (de la récup) qui feront la banche du coffrage, tirage de câble électrique, premier test de coulage, création de petits accessoires indispensable pour que cela aille plus vite, puis coulage du mortier toute l'après midi.



Voici le dévidoir, appelé aussi l'abreuvoir, la mangeoire ou encore bavette ou aussi echallette (compression de bavette à l'échalote).
Le petite planchette sur le dévidoir sert à pousser le mortier vers le bas.
Trois petites pattes métalliques retiennent ce dévidoir contre la planche du coffrage (banche). On en voit une sur la photo ci dessous:





Ici c'est un double boitier électrique. Je détaillerais le dispositif plus tard, mais on a pas mal planché la dessus. Pour faire simple, il est fixé sur un bloc OSB+fermacel fixé sur le montant 4x10. Du coup il est pile poil comme il faut qu'il soit. Clair non ?



Le mortier = ciment (batimat)+chaux+sciure+sable+eau)



Une plaque de plexi. Intéressant pour envoyer le mortier le plus bas possible (on coule la hauteur d'une botte à la fois puis on banche dessus et coule la botte du dessus).





On fait l'intérieur et l'extérieur dans la foulée. Aujourd'hui on aura coulé les deux premières rangée du coté ouest.
Va falloir aller plus vite. A cette allure, on a calculé qu'on en avait entre 10 et 16 jours...
On sait que des volontaires viendront faire pencher la balance du coté des 10 jours ! Cela motive plus encore !






Et là c'est juste avant de souper...

Mercredi 25 aout.

En cinq temps, cinq en mouvement. Merci à Florianne et Katia

Un on taille.



Deux on cloute



Les cloux de part et d'autre du montant



3 on banche (pas de photo)

4 on abreuve.



Kivoussavez à la mangeoire



5: on laisse sécher.

Au passage plus de plaque plexi. C'est pas un si bon plan. Mieux vaux un passage propre de 4cm. Avec la mangeoire ensuite c'est enfantin.



C'est la lune ce soir qui se lève à l'est.

Toute la photo, ici

Jeudi 26 aout 2010

Matin préparation de la facade est et demi pignon sud.



On rase la paille avec la grosse disque. La photo ci dessous avant le rasage. demain je vous mets le après.



On utilise pour cette opération la grosse disqueuse. Cela se fait en deux coups de cuillère à pot.
Ceci dit même si c'est super beau in fine (vous verrez la photo demain, comme j'ai dit) c'est une opération qui ne devrait pas se faire.
La paille déjà hirsute dans sa botte (un tout petit peu trop à mon goût est déjà entaillottée (=entaillée un petit peu) avant la pose, et cela n'arrange pas la botte .
Elles ne sont pas à la bonne dimension. Elles font 35cm et non 32cm, comme me l'a confirmé le paysan  qui me l'a donnée. D'où vient cette erreur ? Incompréhensif. J'en ricanne sur moi même. Je plaide responsable mais pas coupable. Une recette qui marche.
Je vais faire un test d'une autre botte de 32 dans le week end.
Les bottes de paille, on en trouve bien: les agriculteurs ne sont pas en vacances.
Pour la sciure c'est pas le cas. Toutes les scieries du coin sont fermées... Toutes ? Non, j'en ai trouvé une où s'occupe un retraité. Une petite scierie toute belle encore qui ne fait que du bois dur pour la menuiserie ou l'ébenisterie (hetre, chêne, cerisier, frêne...) J'y ai récupéré environ 1m3 de sciure de bois dur.
Pendant ce temps Kivoussavé et JDL étaient sur le chantier pour bancher mortiéser (mot du patois du chantier) avec Damien et Thomas.
Merci à tous les deux !

Allez hop au lit. Demain, moins de blabla, plus de photos...


Vendredi 27 aout

On commence par montrer des bottes rasée:


On bien nos 4cm.
On a plus les ficelles.





On commence par débancher.
Puis, observer comme sur la photo du bouquin "Le GREB pour les Nuls".
C'est la première  "fournée" de ce mardi (voir plus haut). On n'avait pas encore rasé les bottes.
C'est encore humide après trois jours.
Le débancher fait du bien au mortier. Ce soir il est déjà plus sec.
On n'avait pas mis d'huile sur les banches. Elles ont emporté un peu de matière avec elles, lorsqu'on a débanché.



La botte a fait le ventre. Certainement en poussant lors du banchage de l'autre coté.
Quand au cable électrique on a pas anticipé la pose. Ca fait rentrer la photo dans le tas d'exemples de ce qui ne faut pas faire: de lalarrache.




Du grand art... en toute modechtie, bien chure. On a badigeonné la banche d'huile de lin. La banche n'emporte rien.
On va passer à l'huile de tournessol, c'est moins cher !
Bon faut dire que nos banches sont en fait des Aglo de récup qui on donc déjà servit.
D'ailleurs ils laissent parfois des petites écailles de peintures sur le mortier (un souffle, elles s'envollent) comme on le voit sur la photo ci dessous:



Au passage beau mortier. Presque sec. C'est celui fait hier.



Mélange pas encore tout à fait au point. Pas d'huile sur les banches.



Fermacel  fixé sur osb et sur le montant. et boitier/cables.



Ensuite on est allé sur les chemin du Pilat pour trouver une botte de 32. On a trouvé cela chez Mr Marcel:



Oui, la botte de dessus ! Qu'elle est mimi... Elle rentre comme une lettre à la poste. Elle est un peu plus petite, un peu moins large et moins épaisse (32cm).



Y'en a qui écrive des emails à l'aut'bout du monde depuis la petite maison...

Samedi 29 aout 2010

Nous voici déjà fin aout...
Aujourdhui journée productive, même si nous n'étions pas ausi nombreux que j'escomptais. Faut dire que Cyril qui s'était porté volontaire, s'est  fait porter pale (un problème de ressort). Faut dire aussi que beaucoup ont certainement eu envie de passer sur le chantier vivre l'inoubliable, mais que comme c'est fin aout, il faut déguster les derniers instants de vacances ou déjà préparer la rentrée. Qu'on se rassure, le chantier n'est pas fini et vous pouvez encore avoir ce privilège de n'être que l'une des rares personnes encore à avoir posé de la paille durant quelques jours encore.

Alors donc ce matin nous avons tout débanché ce qui avait été fait ces derniers jours. Le dernier (celui de jeudi) était le bon. Même très bon.



Voici déjà la maison qui  dévoile un peu de sa patte gauche. On a rasé les poïls qui y dépassaient puis et banchage et coulage; on a pas arrêté de bancher/couler de la journée.



La bétonnière à nouveau en action.



On a fait le tour de la maison.



Les mangeoires, c'est le top. Il faudrait en faire de différentes tailles. On a laissé tomber le plexy, totalement inutile sur les bottes sont bien rasées. Pour pousser vers le fond une planchette de 2cm va très bien. Parfois on utilise un petit liteau, parfois un tors de métal.



On coule intérieur et extérieur à la fois pour être sûr que la botte reste au centre.

Et quand c'est sport comme ici juste en dessous d'un liteau avec un tout petit passage entre ce liteau et la banche, un carton plié et de la patience, cela marche aussi.

Semaine prochaine c'est encore PAILLAGE, BANCHAGE, MORTIÉSAGE ET SÉCHAGE... mais peut être sans rasage. Nous avons de nouvelles  bottes de paille, celle de Mr Marcel, plus menues. Quel rebondissement dans votre série Pélouchine Break ! Suspens assuré !

Nous avons commencé la semaine à 3, nous la finissons à 7: Damien Guillaume Thomas et Philippe (le groupe DGTP) Kivoussavez, Solal et Emilio qui a passé toute l'après midi à ronfler dans la caravane.

Articles de la même catégorie